Comment vaincre la procrastination?

procrastination

La procrastination… Alliée ou ennemie de l’entrepreneur ?

 

C’est un gros mot pour certains, donc revenons brièvement sur la définition de ce terme. La procrastination est une « tendance à différer, à remettre au lendemain une décision ou l’exécution de quelque chose ». On reconnait un procrastinateur grâce à ses répliques : Je le ferai plus tard… demain… un jour… pas eu le temps… trop compliqué… Il a clairement du mal à se mettre au travail, surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate.

 

Diagnostic : Pourquoi procrastine-t-on ? La preuve par 4

  1. L’importance et l’urgence du projet en question : On a du mal à se mettre en mouvement quand on minimise le caractère du projet à mener.
  2. La peur du changement : On y est tous un peu réfractaire. Quand bien même notre ancien président se plaisait à nous dire que « le changement c’est maintenant », on a naturellement tendance à attendre l’électrochoc pour bouleverser ses petites habitudes
  3. Le perfectionnisme : L’entrepreneur est exigeant avec l’autre, mais c’est tout simplement parce qu’il l’est d’abord avec lui-même. La barre est parfois si haute que l’immobilisme a du bon. Il est du genre à se dire que faire du sport moins de deux heures par jour ne sert à rien, et donc ne fait rien
  4. L’auto préservation : Appelons un chat un chat, remettre au lendemain, c’est éviter le risque d’échouer… mais aussi de réussir

Pour une victoire par KO sur la procrastination

  1. Les distractions: pour rester connecter, il faut savoir se déconnecter et donc alterner entre les différentes périodes, de quoi déployer une concentration et une efficacité optimales. Exit les mails, le téléphone en mode silencieux, on fuit Facebook, LinkedIn et consorts, on consacre toute son énergie à une tâche particulière. Résultats garantis !
  2. La to do list: imparable pour gérer simplement et efficacement les tâches d’un projet. Pour l’utiliser à bon escient, il convient de diviser chaque projet important en un nombre de tâches moins « indigestes ». De quoi mesurer sa progression et surtout ne pas se faire peur soi-même.
  3. La gestion du temps: c’est une vérité universelle, nous avons tous à disposition 24H par jour. La pression ambiante peut pousser à agir toujours plus vite, quitte à prendre des décisions pas toujours réfléchies, ni abouties. Mais n’est-ce pas Nelson Mandela qui du fin fond de sa prison récitait Invictus, « Je suis le maître de mon destin, Le capitaine de mon âme »?  Ré-apprivoisons le temps, sortons le nez du guidon pour mieux relativiser, prendre le temps de réfléchir et analyser la situation avant de s’y donner à corps perdu.
  4. À des gens motivés tu t’associeras: se motiver soi-même n’est pas toujours facile. On peut facilement tourner en rond. Donc pour éviter de se donner le tournis, il faut s’entourer de personnes motivées. Pourquoi se priver d’échanges avec autrui pour nourrir sa réflexion ? C’est bien connu, c’est souvent un élément incongru, inattendu qui enrichit la réflexion au point de la faire progresser, voire rebondir. Donc n’hésitez pas, É-C-H-A-N-G-E-Z… de préférence avec des personnes motivées, parce qu’on se passera bien des tueurs de zèle.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

dix-huit − seize =